Nord : deux policiers belges interpellés avec des migrants et questionnés par la police française

Illustration ©John Thys / AFP
Illustration ©John Thys / AFP

Deux policiers belges ont été arrêtés alors qu'ils étaient entrés sur le territoire français. La police française a dûment questionné les deux infortunés Belges qui avaient pour mission de reconduire des migrants en France.

Au volant d'un camion, les agents belges raccompagnaient à la frontière française, près de la ville de Nieppe, 13 migrants frappés d'une obligation de quitter le territoire belge, avec l'intention de les déposer et de laisser se débrouiller par eux-mêmes sur le sol français. 

Mais, après avoir déposé un premier petit groupe de migrants en Belgique, les deux fonctionnaires de police ont dû rater la ligne marquant la frontière qui, certes, n'est pas toujours bien indiquée au sol, d'autant que toutes ces manœuvres se sont passées de nuit. C'est alors qu'une voiture banalisée de la police française a surgi et contraint le véhicule à se garer.

Les policiers belges ont ensuite été conduits au commissariat français d'Armentières. Et les fonctionnaires français ont fait preuve de zèle : selon les médias belges, les policiers wallons ont été auditionnés pendant plus de cinq heures avant d'être relâchés à 3h30 du matin.

Après cet incident, Bernard Cazeneuve «a vu et demandé des explications» à l'ambassadeur de Belgique à Paris le 21 septembre, a-t-on déclaré au ministère, sans détailler le contenu de leur entretien.

Des policiers «passeurs de migrants» ?

Les deux agents étaient en tenue, en service et conduisaient un camion de la police belge et ont expliqué au micro de M6 avoir agi sur instruction de leur hiérarchie. L'un des deux policiers a expliqué avoir passé la frontière par «inadvertance». Aussi l'affaire vient-elle compliquer des relations déjà tendues entre les polices belge et française, dans un secteur frontalier où le contrôle des flux de migrants est un problème épineux.

Les autorités françaises ont ainsi exprimé «leur plus vive réprobation à la suite de cette initiative qui n'est pas conforme aux pratiques habituelles de travail entre la France et la Belgique». Une façon diplomatique de dire que les policiers belges comptaient se «décharger» des migrants sans prévenir leurs collègues français ? 

En attendant, côté français, 10 des 13 migrants persona non grata en Belgique ont été placés en retenue administrative pour «examen de leur situation», tandis que trois mineurs ont été hébergés dans un foyer.

Lire aussi : Nouvelle évacuation d'un camp de plus de 2 000 migrants dans le nord-est de Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales