Le policier qui avait frappé un lycéen admet avoir «usé d'une force disproportionnée» (VIDEO)

© KENZO TRIBOUILLARD Source: AFP

Selon un rapport de la «police des polices», le représentant des forces de l'ordre poursuivi pour avoir donné un coup de poing à un jeune manifestant anti-loi Travail devant le lycée Bergson à Paris, en mars dernier, a reconnu avoir commis un abus.

Des éléments du rapport d'enquête de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), dévoilés mardi 20 septembre par le journal Libération, mettent en lumière un usage de la force disproportionné par des policiers, à l'encontre de jeunes personnes manifestant devant le lycée Henri-Bergson de Paris, le 24 mars dernier, dans le cadre des mobilisations contre la loi El Khomry.

Selon ce document, le policier qui avait infligé un coup de poing à un lycéen – scène qui avait été filmée et diffusée massivement sur internet – a reconnu avoir «usé à tort d'une force disproportionnée», après avoir prétendu dans un premier temps avoir voulu viser le «plexus». L'adolescent de 15 ans avait été frappé au visage, alors qu'il était déjà maîtrisé par des agents et n’opposait aucune résistance.

L'auteur de ce coup doit être jugé le 10 novembre et encourt trois ans de prison et 45 000 euros d'amende pour violences volontaires par personne dépositaire de l'autorité publique.

Un autre policier auteur de coups de matraques devant le lycée

Toujours selon le rapport consulté par Libération, au moins un autre fonctionnaire a fait usage d'une violence disproportionnée lors de l'intervention policière du 24 mars devant le lycée parisien, au cours de laquelle des manifestants avaient jeté des œufs et de la farine sur les forces de l'ordre. L'agent en question, alors en civil et le visage masqué, avait effectué une balayette à un adolescent qui n'offrait aucune résistance et avait donné des coups de matraque à d'autres jeunes qui lui tournaient le dos. Le policier a admis auprès des enquêteurs avoir commis un geste «illégitime». Il sera jugé le 14 octobre.

Lire aussi : «Allez, va faire la vaisselle, dégage», la remarque d’un CRS à une manifestante (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales