Bulgarie : Mourad Hamyd, beau-frère de Chérif Kouachi, veut son extradition vers la France

© Capture d'écran Twitter

Mourad Hamyd, beau-frère de Chérif Kouachi, l'un des auteurs de l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo en 2015 à Paris, a annoncé le 10 août qu’il acceptait d'être remis à la France par la Bulgarie, lors de son audience au tribunal de Sofia.

Lors de son audience au tribunal de Sofia, le prévenu a été formel. «Je veux une extradition immédiate vers la France» a-t-il déclaré, avant de signer un document en ce sens.

Mourad Hamyd avait été interpellé par la police bulgare le 28 juillet après avoir été refoulé par la Turquie. Depuis, il a «prêté assistance aux enquêteurs», a souligné son avocat commis d'office, Dragomir Alexandrov.

L'avocat a précisé que son client «veut rentrer en France car ici il se trouve en pays inconnu. Il se plaint de la façon dont il est traité et notamment de la nourriture».

Le jeune homme de 20 ans est notamment soupçonné d'avoir voulu rejoindre l'organisation terroriste Etat islamique en Syrie.

Il était arrivé en Bulgarie en train le 26 juillet depuis la Hongrie et la Serbie, alors qu'il n'était pas encore visé par ce mandat mais l'objet d'un simple signalement pour «disparition inquiétante».

Deux jours plus tard, il a tenté de se rendre en Turquie mais a été refoulé par les autorités de ce pays, où il est sous le coup d'une interdiction de territoire.

En janvier 2015, Mourad Hamyd avait été placé en garde à vue pour une durée de 48 heures en France au lendemain de l'attentat contre Charlie Hebdo, lors duquel 12 personnes avaient perdu la vie. Il avait ensuite été relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

Une accusation «injuste»

L'accusé a qualifié son arrestation d'«injuste» alors qu'il arrivait dans la salle d'audience, ajoutant qu'il a été accusé de terrorisme «sur la base d'un seul soupçon».

Le tribunal a par ailleurs indiqué que son extradition doit être formellement prononcée mardi 16 août, à l'expiration d'un délai légal de rétractation.

Selon le mandat d'arrêt français, le trajet de Mourad Hamyd «correspond à celui habituellement emprunté par les volontaires djihadistes voulant rejoindre l'Etat Islamique en Syrie ou en Irak».

«Les premières exploitations de son ordinateur mettent en exergue qu'il avait consulté à de nombreuses reprises et récemment des sites à consonance jihadiste et en rapport avec la Syrie», souligne le document.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales