Relaxe pour les deux policiers dans l'affaire de la Mort de Zyed et Bouna

Les deux adolescents morts en 2005 à Clichy-Sous-Bois© Joel Saget Source: AFP
Les deux adolescents morts en 2005 à Clichy-Sous-Bois

Le tribunal correctionnel de Rennes (Ille-et-Vilaine) a rendu son verdict ce lundi 18 mai. Toutes les poursuites contre les policiers mis en cause dans la mort des deux adolescents en 2005 à Clichy-Sous-Bois ont été abandonnées.

Les deux policiers jugés pour «non-assistance à personne en danger» dans la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré ont été relaxés.

Selon le tribunal, les deux fonctionnaires de police n'avaient pas «la connaissance claire d'un péril imminent et grave», lorsque les jeunes se trouvaient dans l'enceinte du transformateur EDF dans lequel ils ont perdu la vie.

Le transformateur EDF de Clichy-Sous-Bois dans lequel les deux adolescents ont perdu la vie© wikipedia commons
Le transformateur EDF de Clichy-Sous-Bois dans lequel les deux adolescents ont perdu la vie

Le tribunal relève que malgré «des vérifications raisonnables», le policier Sébastien Gaillemain n'a pas vu les trois jeunes sur le site EDF, mais que si lui et sa collègue Stéphanie Klein avaient eu conscience de l'existence d'un danger, ils n'auraient «pas manqué de réagir d'une manière ou d'une autre».

A l'annonce de la décision, les familles des deux adolescents étaient «écoeurées» et «inconsolables».

Dans une interview accordée à RT France à sa sortie de la salle du tribunal, Sihame Assbague, porte parole du mouvement «Stoplecontroleaufaciès» a fait part de son incompréhension face à la décision prise par le tribunal d'abandonner toutes les charges contre les policiers : «Nous avons une nouvelle fois affaire à un déni de justice, tout simplement. Cela fait 10 ans que nous attendons ce procès. Malgré tout ce qui a été fait, malgré toutes les preuves qui ont été avancées, nous assistons à une relaxe, ce qui est honteux pour un état de droit comme la France qui crie sur tous les toits être au summum des valeurs de liberté et de Justice».

Pour l'activiste, la relaxe des policiers va renforcer le sentiment d'injustice et d'impunité policière : «Nous venons d'avoir une nouvelle fois la confirmation que la parole d'un citoyen ne vaut rien face à celle d'un policier. Déjà durant le procès qui s'est déroulé du 16 au 20 Mars, le réquisitoire du procureur de la république avait été tout fait scandaleux. Ce dernier avant totalement pris la défense des policiers. Cela va inévitablement renforcer le sentiment d'injustice chez les jeunes et chez les citoyens. Il y a aujourd'hui un véritable fossé entre la police qui jouit d'une impunité totale et les citoyens qui sont discriminés en fonction de leur lieu d'habitation et de leur couleur de peau».

Le collectif «Stoplecontroleaufaciès» appelle au rassemblement devant le tribunal de Bobigny ainsi qu'à Marseille à l'angle de la Canebière et de la cour Belsunce : «Tout en restant dans l'apaisement, nous avons appelé à des rassemblements devant les principaux tribunaux de France et nous nous dirigeons actuellement vers le tribunal de Bobigny».

S'exprimant sur FranceInfoTV, l'avocat des deux fonctionnaires de police Daniel Merchat a déclaré que cette relaxe reflètait «ce que la défense soutient depuis le début». «Mes clients n'ont commis ni faute, ni erreur, ni délit. Ces neuf ans ont été neuf années de souffrances. Ils sont soulagés», a-t-il poursuivi.

Marine Le Pen a également réagit via son compte twitter, saluant cette fois le travail de la justice.

Les parties civiles pourraient se pourvoir en cassation.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales