Le Front National lance une campagne contre le Traité Transatlantique

La présidente du Front National
La présidente du Front National

Marine Le Pen souhaite faire de la question du Traité Transatlantique un élément fondamental du débat français.

Le Front National, par la voix de Marine Le Pen, vient de lancer ce lundi sa campagne d'opposition au Traité Transatlantique. Pur traité de libre-échange, il signifierait, selon Marine Le Pen, «un abandon de la souveraineté des Etats».

Elle a également fustigé  «les multinationales avides de profit, les technocrates de Bruxelles vendus aux lobbys et les politiques de l’UMPS inféodés à ces technocrates». 

Ce Traité, qualifié par le Front National de «baiser de la mort», doit mettre en place une zone de libre-échange total entre les Etats-Unis et les 28 Etats de l’Union européenne. Négocié depuis le mois de juillet 2013, ce Traité connu aussi sous l'acronyme de TAFTA (Trans-Atlantic Free Trade Agreement) ou de TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership ou Partenariat Transatlantique de Commerce et d'Investissement) concerne des domaines aussi variés que l'accès aux médicaments, la sécurité alimentaire mais aussi la liberté d'internet, l'énergie, la culture et l'immigration.

Le Front National estime qu'il s'agit là d'un véritable «Otan économique» qui permettrait par exemple aux multinationales «de porter directement plainte contre un Etat» si elles s'estiment lesées par sa politique.  

Mais le Front National n'est pas le seul à s'inquiéter de la signature du Traité Transatlantique. En Europe, plus d’un million de personnes ont signé diverses pétitions contre ce partenariat transatlantique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales