Attentat de Nice : une garde à vue levée, six toujours en cours

Une des gardes à vue a été levée dans la nuit du 17 au 18 juillet dans l'enquête sur l'attentat de Nice, tandis que six personnes étaient toujours interrogées sous ce régime, a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Trois des six personnes interpellées et mises en garde à vue dans le cadre de l'attentat de Nice du 14 juillet ont été transférées à Levallois-Perret, près de Paris, pour être interrogées dans les locaux de Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), annonce l'AFP de source judiciaire.

Les 15 et 16 juillet, cinq personnes avaient été mises en garde à vue, dont l'ex-épouse du terroriste, identifié comme un tunisien de 31 ans. Le dimanche 17 juillet, un homme et une femme avaient aussi été placés en garde à vue dans l'enquête sur l'attentat qui a fait 84 morts à Nice. 

Les liens entre le tueur de Nice Mohamed Lahouaiej-Bouhlel et «les réseaux terroristes», et notamment le groupe djihadiste Etat islamique qui a revendiqué l'attaque «pour l'instant ne sont pas établis par l'enquête», a déclaré ce lundi 18 juillet le ministre de l'Intérieur.

«Le mode opératoire emprunte totalement à ce que sont les messages de Daesh», l'Etat islamique, a toutefois ajouté Bernard Cazeneuve sur RTL. «On ne peut pas exclure qu'un individu déséquilibré et très violent, et il semble que sa psychologie témoigne de ces traits de caractère, ait été à un moment, dans une radicalisation rapide, engagé dans ce crime absolument épouvantable», a précisé le ministre.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales