Primaire à droite : Jean-Frédéric Poisson accuse Juppé d'une certaine «forme de naïveté sur l'Islam»

Capture d'écran Public Sénat. DR.
Capture d'écran Public Sénat. DR.

Le député des Yvelines et candidat à l'investiture a rappelé sur Public Sénat son attachement à la «conception chrétienne de la laïcité», qu'il juge incompatible avec l'Islam. Les lignes se précisent à droite dans la perspective des primaires.

Interrogé par les journalistes de Public Sénat dans le cadre de l'émission Territoires d'infos, Jean-Frédéric Poisson n'a pas hésité à tacler son rival Alain Juppé, le mieux placé selon des sondages qui le donnent gagnant à l'élection présidentielle de 2017 quel que soit le cas de figure.

«Les points les plus saillants de mon désaccord avec Alain Juppé portent sur ce que je considère comme une forme de naïveté terrible sur l'Islam qui est, je crois, une des questions centrales du mandat qui s'ouvre en 2017», a déclaré le député avant de préciser : «Quand vous regardez les conceptions qui sont les nôtres de la liberté, de l'égalité, de la fraternité et de la laïcité [...] nous sommes l'Islam d'un côté et la République française de l'autre côté sur des notions qui sont assez radicalement opposées. Nous avons nous le sens universel de ces valeurs».

Une façon, pour le député plutôt modéré – c'est un ancien centriste attaché au dialogue social – de se distinguer d'Alain Juppé, qui par ailleurs fait l'objet d'attaques quant à ses positions sur l'Islam.

Jean-Frédéric Poisson est par ailleurs revenu sur son tweet polémique du 24 juin dernier – qui a contribué quelque peu à la notoriété du candidat à la primaire – en réponse à une question d'un journaliste lui demandant si ce tweet ne «prêtait pas à confusion» :

«Non. Ca ne prête pas à confusion», a rétorqué Jean-Frédéric Poisson. «Nous avons, nous, fondé la société française sur la conception chrétienne de la laïcité, c'est a dire une séparation stricte entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux. Vous ne trouverez rien de tel dans l'Islam.»

L'organisation d'une primaire à droite pour désigner le candidat des Républicains à l'élection présidentielle de 2017 est une première. Le scrutin se déroulera le dimanche 20 novembre 2016. Avec l'entrée en lice d'Henri Guaino, dernier en date le 13 juin dernier, ce sont 12 candidats qui vont s'affronter pour l'investiture républicaine, sans compter Nicolas Sarkozy, qui ne s'est pas encore déclaré.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales