Mesdames, pour trouver un emploi, laissez voir votre décolleté : c'est scientifique

Mesdames, pour trouver un emploi, laissez voir votre décolleté : c'est scientifique

Une étude très sérieuse de la prestigieuse Sorbonne le démontre : joindre une photo à son C.V. laissant apparaître la poitrine augmente de 20% les chances de décrocher un premier entretien et redécouvre que le monde du travail est sexiste.

Le résultat de l'étude n'étonnera peut-être pas les militants de l'égalité des sexes, mais ils ont là une preuve scientifique des discriminations à l'embauche. Et c'est un très sérieux chercheur de la Sorbonne, Sévag Kertechian, spécialisé en psychologie cognitive et sociale, qui s'en est chargé en menant une étude dont le protocole semble assez simple : il a recruté deux femmes volontaires d'apparence similaire. A la différence près que l'une a envoyé des candidatures avec une photo d'elle portant un haut cachant sa poitrine et l'autre avec un décolleté avantageux.

Mesdames, pour trouver un emploi, laissez voir votre décolleté : c'est scientifique

Et ce fut un choc pour le docteur en psychologie qui est tombé de sa tour d'ivoire : les femmes plus avenantes sur les photos de C.V. sont plus souvent appelées pour un entretien. Lors du test en conditions réelles, la femme portant le décolleté a en effet reçu 62 propositions de plus que sa rivale, augmentant ainsi ses chances d'approcher un employeur potentiel de 20%.

La thématique de la sexualité et de la séduction – mais aussi les discriminations – et leur importance dans les relations humaines semble être le dada du chercheur qui participe à Londres à la 13e édition de la Conférence «Appearance matters» («L'apparence compte»). Après l'écho reçu par son étude, le chercheur a annoncé son intention de s'attaquer au problème capital de la mini-jupe afin d'évaluer son efficacité dans la recherche d'emploi. Peut-on dire qu'on s'attend déjà au résultat ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter