Une compagnie pétrolière israélienne condamnée à payer plus d'un milliard d'euros à l'Iran

Une plateforme pétrolière en Iran © Raheb Homavandi Source: Reuters
Une plateforme pétrolière en Iran

Un tribunal d'arbitrage suisse a ordonné le paiement de plus de 1,2 milliard de dollars dans le cadre d'un contentieux financier concernant le commerce de pétrole entre Israël et l'Iran datant de la révolution iranienne de 1979.

La cour suprême suisse a ordonné à l'entreprise israélienne Trans-Asiatic Oil (TAO) de s'acquitter de sa dette de 1,2 milliard de dollars à la compagnie nationale de pétrole iranienne (NIOC), a rapporté le quotidien israélien Haaretz le 8 août. Selon la cour de justice, les sanctions ont été levées sur la NIOC, et il n'y a plus d'obstacle législatif pour le paiement de cette dette.

La TAO commerçait avec la NIOC à l'époque du Shah d'Iran, Reza Pahlavi, renversé lors de la Révolution islamique. La compagnie israélienne gérait une flotte de pétroliers transportant le pétrole iranien en Europe, ainsi qu'un pipeline reliant les villes israéliennes d'Eilat et Ashkelon. Ce partenariat a pris fin en 1979, et la TAO a refusé de reverser l'argent de la vente de ce pétrole à l'Iran.

Lire aussi : L'administration Obama accusée d'avoir versé 400 millions de dollars de rançon en espèces à l'Iran

La République islamique a donc poursuivi la compagnie israélienne auprès de la cour d'arbitrage, estimant le préjudice à sept milliards de dollars. En 2015, la cour avait déjà condamné la TAO à payer 1,2 milliard à la compagnie iranienne. Mais Tel-Aviv avait fait appel de ce jugement, qui a finalement été confirmé le 27 juin dernier, assorti d'une somme de180 000 euros de frais de justice, et 230 000 euros supplémentaires en compensation à l'Iran.

Les autorités israéliennes n'ont pas officiellement réagi à cette décision, si ce n'est par de vagues communiqués indiquant qu'elles ne verseraient pas l'argent à l'Iran.

Lire aussi : Une ONG américaine tente d'écarter les entreprises françaises en Iran







Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales